J'ai été victime ou témoin de violences et çà m'a perturbé

Parler a un rôle libérateur

En parler

Il faut impérativement que tu en parles à quelqu’un !

Quelqu’un en qui tu as toute confiance, quelqu’un capable d’écouter jusqu’au bout ce que tu as à lui dire : un ami ou une amie, ton frère ou ta sœur, l’un de tes chefs, ton père ou ta mère... Ce qui compte c’est de ne pas rester seul avec ce qui t’est arrivé : çà risque d’être trop lourd à porter.

Tu te rendras compte que trouver les mots pour décrire ce qui s’est passé permet de reprendre le contrôle de la situation : parler a un rôle libérateur.

Apprendre à mieux réagir aux situations de violence 

C’est plus facile à dire qu’à faire, mais maîtriser ses réactions face à une agression, çà peut s’apprendre…

Face à une personne désagréable ou agressive, ou face à une contrariété, il faut trouver la juste réponse : ne pas réagir par la violence, ce qui ne résoudrait rien, mais faire un malaise ou une crise de larmes non plus.

Essaye au maximum de garder ton sang-froid, de maîtriser ta colère et ta peur. La violence naît souvent quand la personne en face sent l’autre vulnérable.

Efforce-toi de répondre calmement mais avec fermeté, en essayant de sortir du terrain du conflit. Si la parole n’a aucun effet, propose de remettre la discussion à plus tard.

Parfois le silence et l’éloignement progressif sont la meilleure réponse : difficile de discuter quand l’énervement est trop grand.

Ne pas rester seul(e)

Quand tu devras ré-affronter une situation ou une personne qui te fait peur, fais-toi aider, n’y vas pas seul. Être accompagné suffit parfois à désamorcer les choses.

Imaginer d’autres solutions

Toute personne est amenée dans sa vie à faire face à des conflits ou à des agressions. Essaie de repenser à ces situations et d’imaginer d’autres scénarios. Par exemple des arguments ou une attitude qui auraient pu éviter d’en arriver là.

Consulter un spécialiste

Si vraiment tu te sens trop perturbé, tu peux aller voir par exemple ton médecin traitant * : il te connaît, il peut t’aider.

Ou aller en parler à un « psy » : cf cet article.

Téléphoner à Jeunes violence écoute 0 800 20 22 23

C'est une ligne téléphonique anonyme et gratuite, ouverte à tous ceux qui sont confrontés à la violence, la leur ou celle des autres. Tu pourras directement en parler avec des spécialistes de cette question.

 Jeunes violence écoute, c’est aussi un site Internet avec des infos et un forum.

Et ils proposent un annuaire de sites internet sur lesquels tu trouveras peut-être d’autres réponses à ce qui te préoccupe.

* A partir de 16 ans ...

A partir de 16 ans tu as le droit de choisir ton « médecin traitant » : un généraliste que tu connais, qui te connaît et en qui tu as suffisamment confiance pour aborder des choses personnelles. Ce n’est ni un psychologue ni un psychiatre, mais il peut t’écouter et te conseiller. Même avant 16 ans, tu peux demander à le voir sans la présence de tes parents.

Numéros utiles

Jeunes violence écoute
0 800 20 22 23

Tabac info service
3989

Fil Santé jeunes
3224 (ou 01 44 93 30 74 depuis un portable)

Écoute Alcool
0 811 91 30 30

Écoute Cannabis
0 811 91 20 20