Je fume souvent des joints et je commence à y prendre goût

Méfie-toi

Entre 14 et 17 ans tu as des choix à faire qui peuvent engager ton avenir.

Et pour ça tu as besoin d’être au mieux de ta forme. Le cannabis te permet sûrement de t’évader. Peut-être aussi d’oublier un moment les choses désagréables de ta vie. Mais il n’aide pas à trouver des solutions.

En plus, c’est interdit et durement réprimé par la loi. Cet été, au camp et à CitéCap, ce sera hors de question de fumer des joints. Si tu as cliqué sur cette page, c’est sûrement que tu as envie d’arrêter. L’itinéraire Vivre avec énergie te propose une méthode pour y parvenir.

Voici quelques pistes d’actions possibles



Réfléchis à ta consommation

1. Dépendance

Remplis en ligne le questionnaire Cast : çà devrait logiquement t’aider à te poser quelques questions…

2. Avantage/inconvénients

Si tu en consommes, c’est sûrement que ça t’apporte quelque chose. Réfléchis en toute honnêteté aux avantages que tu y trouves, et aux désagréments que tu as constatés : tu fais deux colonnes, et tu fais le bilan…

3. Trouve des parades

Fais la liste des situations où tu en prends et essaye d’imaginer des parades pour résister à la tentation.

4. Une méthode pour arrêter

Télécharge sur ton ordinateur le guide d’aide à l’arrêt du cannabis de l'INPES : une méthode complète qui te sera utile tout au long de ton itinéraire.

Teste tes capacités à arrêter

1. Entraîne-toi à dire non

Tu n’es pas un mouton obligé de suivre aveuglément tes amis dans ce qu’ils te proposent. Le cannabis n’est pas obligatoire pour être avec ses potes. Et si ce sont de vrais amis, ils te conserveront leur amitié. Peut-être même que ton attitude les fera réfléchir.

2. Essaye de voir combien de temps tu peux t’en passer:

Une demi-journée ? un week-end ? une semaine ? voilà une expérience intéressante à faire. N’hésite pas à te lancer des défis…pourquoi pas en parallèle avec les éventuels autres fumeurs de cannabis de la caravane ?

N’oublie pas : l’objectif, c’est zéro joint. Si tu commences maintenant, tu souffriras moins du manque au camp et à Citécap !

3. Apprends à gérer le manque

Change un peu tes habitudes, évite certaines situations, fais-toi plaisir autrement…(le guide de l’arrêt du cannabis conseillé plus haut te donne plein d’exemples)

4. Imagine d’autres solutions pour gérer ton stress

Peut-être que tu en prends quand tu es tout seul pour oublier ce qui t’angoisse et ce qui te déprime. Mais ça ne résout pas les problèmes. Fixe-toi une règle : pas de cannabis quand je suis tout seul. Ce sera une discipline peut-être difficile au début, mais rapidement tu te sentiras mieux : avec le cannabis, la dépendance physique n’est pas très importante.

Essaye de trouver d’autres manières de faire, essaye d’affronter les autres et la vie. Le premier pas te coûtera sans doute beaucoup, mais ce sera un grand pas pour t’aider à vivre avec plus d’énergie !

Parles-en autour de toi

1. Maladie honteuse ?

Du fait de l’interdiction, peut-être que tu n’oses pas en parler : tu fumes des joints en cachette de tes parents, des chefs scouts, peut-être de tes amis. La première chose à faire est de sortir du secret : assume, en parler à tes proches est un premier pas qui peut être libérateur.

2. Titre de gloire ?

Parfois c’est le contraire, braver l’interdit en fumant des joints te donne un statut face à tes copains. Si c’est ton cas, essaie d’en parler autrement, et surtout ne cherche pas à faire de nouveaux adeptes : dans le cas du cannabis, çà s’appelle du deal, et c’est encore plus durement puni par la loi.

3. Envie d’arrêter ?

Annoncer ta volonté à ton entourage et faire savoir à tes amis consommateurs que ce n’est plus la peine de t’en proposer est indispensable. Tu diminueras les risques de te laisser tenter et tu trouveras peut-être autour de toi des personnes compréhensives prêtes à t’épauler.

Fais-toi aider

Pour s’arrêter la volonté suffit souvent, mais pas toujours. Il n’y a pas de honte à demander de l’aide quand c’est difficile.

1. Dans la caravane

S’il y a d’autres fumeurs de cannabis dans la caravane ça vaut vraiment le coup d’en parler tous ensemble.

Vous soutenir mutuellement pour arrêter, avec l’aide des chefs et des responsables santé, serait sûrement une bonne idée. Et votre démarche aura valeur d’exemple !

2 . Consulte un professionnel

Il y a des gens dont c’est le métier d’aider les autres à adopter des comportements meilleurs pour leur santé.

Par exemple ton médecin traitant*. Il te connaît, il pourra te conseiller, accompagner les étapes de ton cheminement ou t’orienter vers d’autres structures.

Tu peux aussi contacter un addictologue ou te rendre à une consultation jeunes consommateurs. La liste de ces consultations est ici.

  • Autre possibilité, appeler ÉCOUTE CANNABIS : 0 811 91 20 20 : une ligne téléphonique où tu peux discuter anonymement de cette difficulté avec des spécialistes de cette addiction.

A CitéCap, vis avec énergie

1. Tu as réussi à arrêter : Bravo

Viens faire un tour sur l’espace Cap Energie du rassemblement, ton témoignage nous intéresse : on parle plus souvent du problème des jeunes qui se droguent que des victoires de ceux qui arrêtent ! Ton premier défi c’est de ne pas replonger : méfie-toi, une seule fois peut suffire

 2. Tu as réussi parce que c’est les scouts mais tu sens que c’est dur et tu as peur de replonger

Viens faire un tour sur l’espace Cap Energie. Nous sommes prêts à répondre à tes questions pour t’aider à y voir plus clair.

Ce que le haschisch te donne d’un côté, il te le retire de l’autre... Il te donne le pouvoir de l’imagination mais t’enlève la possibilité d’en profiter.
Baudelaire,1860. D’après le guide INPES sur l’arrêt du cannabis

* A partir de 16 ans ...

A partir de 16 ans tu as le droit de choisir ton « médecin traitant » : un généraliste que tu connais, qui te connaît et en qui tu as suffisamment confiance pour aborder des choses personnelles. Ce n’est ni un psychologue ni un psychiatre, mais il peut t’écouter et te conseiller. Même avant 16 ans, tu peux demander à le voir sans la présence de tes parents.

Numéros utiles

Jeunes violence écoute
0 800 20 22 23

Tabac info service
3989

Fil Santé jeunes
3224 (ou 01 44 93 30 74 depuis un portable)

Écoute Alcool
0 811 91 30 30

Écoute Cannabis
0 811 91 20 20