Je suis parfois agressif ou impulsif et je le regrette après.

Voici quelques pistes d’actions possibles



En parler

Pas facile de parler de çà ! et pourtant c’est sûrement la meilleure solution pour comprendre ce qui se passe en toi. La meilleure personne à qui en parler est celle que tu choisiras parce que tu as confiance en elle: quelqu’un de ta famille (père ou mère, frère ou soeur, cousin ou cousine...) ami ou amie, ou un autre adulte de ton entourage, cheftaine ou chef scout par exemple.

Tu peux aussi en parler avec ton médecin traitant si tu as de bonnes relations avec lui : il te connaît, il peut te donner son avis et ce que tu lui dis ne sera pas répété à d’autres car il est astreint au secret médical, même vis-à-vis de tes parents. Tu peux aussi en parler à un « psy » : lire cet article.

Je tape, je tape pas ? Je l’injurie, ou  je ne l’injurie pas ?

Apprendre à mieux contrôler tes réactions

Chacun peut rencontrer des contrariétés ou devoir faire face à des conflits : la vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille ; nous ne sommes pas tous pareils et pas toujours tous d’accord ! et il y a des règles parfois difficiles à respecter, des adultes dont tu ne comprends pas toujours les limites qu’ils imposent. Mais ce sont…des adultes, et la loi... est la loi, même si elle te semble injuste.

Contrôler ses impulsions, maîtriser ses réactions, son émotivité, çà s’apprend. La prochaine fois que tu es contrarié, donne-toi un peu plus de temps avant de réagir, juste 30 secondes pour te poser la question : « je tape, je tape pas ? Je l’injurie, ou  je ne l’injurie pas ? »

Tu te rendras vite compte qu’il y a souvent d’autres réponses possibles : dire que tu n’es pas d’accord en expliquant pourquoi, mais sans agresser la personne ; si tu ne trouves pas les mots et que tu sens la colère monter, se taire et s’éloigner...

Ces moments ou les mots dépassent ma pensée

Imaginer d’autres solutions

Repense aux situations ou tu as été agressif et violent, et essaie de trouver des arguments que tu aurais pu employer pour retarder le moment où « les mots dépassent ta pensée ».

Réagir violemment, par mots ou par gestes, est un signe de faiblesse : çà montre à l’autre que tu ne sais pas quoi dire, que tu ne sais plus quoi faire… sauf couper la relation à travers ta violence.

Jeunes violence écoute

Téléphoner à Jeunes violence écoute 0 800 20 22 23 : une ligne téléphonique anonyme et gratuite, ouverte à tous ceux qui sont confrontés à la violence, la leur ou celle des autres. Tu pourras directement en parler avec des spécialistes de cette question.

Jeunes violence écoute, c’est aussi un site Internet avec des infos et un forum.

Et ils proposent un annuaire de sites internet sur lesquels tu trouveras peut-être d’autres réponses à ce qui te préoccupe.

* A partir de 16 ans ...

A partir de 16 ans tu as le droit de choisir ton « médecin traitant » : un généraliste que tu connais, qui te connaît et en qui tu as suffisamment confiance pour aborder des choses personnelles. Ce n’est ni un psychologue ni un psychiatre, mais il peut t’écouter et te conseiller. Même avant 16 ans, tu peux demander à le voir sans la présence de tes parents.

Numéros utiles

Jeunes violence écoute
0 800 20 22 23

Tabac info service
3989

Fil Santé jeunes
3224 (ou 01 44 93 30 74 depuis un portable)

Écoute Alcool
0 811 91 30 30

Écoute Cannabis
0 811 91 20 20