La caravane, pour cheminer vers soi

"Marie, ferme ta chemise !" Le chef a beau répéter la consigne ("tenue impeccable pour les sorties en ville !"), Marie fait la sourde oreille. Elle porte sa chemise rouge ouverte, pour être originale se dit-elle. Un peu aussi pour faire comme tout le monde. 

Ce paradoxe est propre à l’adolescence, cet âge où on s’affirme comme presque jeune adulte, mais où l’appartenance à un groupe et les consignes parentales imposent souvent de « faire comme tout le monde»

Pourtant, Marie le dit : « La caravane, et encore plus l’équipe, c’est un des rares lieux où je peux être vraiment moi-même ». La question est là : entre les habitudes, la pression des parents, des profs et même des autres jeunes, comment savoir si mon opinion est vraiment la mienne ? Comment apprendre la nuance entre une opinion et un avis, une expérience et une lubie? Parce que la caravane est un endroit ouvert aux différences où le jugement à l’emporte-pièce n’a pas sa place, Marie a là une vraie possibilité de se confronter aux avis des autres, de sonder le fond d’elle-même et d’affirmer sa personnalité. 

C'est un des rares lieux où je peux être moi-même"

Justement, sa caravane vient de voter un Cap eurocitoyen en Espagne pour cet été. Le soleil, le dépaysement, Marie a voté pour, sans hésiter. Mais pour dépasser les clichés, la maîtrise a entraîné la caravane plus loin. Jeux, enquêtes et lectures ont permis, au détour d’une activité, d’échanger des points de vue, de confronter des avis, entre jeunes ou avec des adultes. L’atmosphère de confiance a permis à chacun de s’essayer à une argumentation parfois hasardeuse, parfois lumineuse, toujours passionnée. 

"Et moi, en quoi je me sens citoyenne européenne ?"

Cette question qui lui aurait parue ringarde ou barbante dans un autre contexte, l’a menée à rencontrer un immigré espagnol qui vit près du local. C’est qu’à la caravane, on passe tout de suite au concret : à l’occasion d’un projet, se documenter, rencontrer, interroger et débattre deviennent les morceaux de puzzle qui permettent d’appréhender une réalité complexe. Quelque temps après, Marie a pu se forger un avis, notamment sur la question du droit de vote à 16 ans dans l’Union européenne. Et parce qu’elle sait que pour les autres jeunes et les adultes du mouvement, son opinion compte, que son avis est écouté et considéré à sa juste valeur, Marie osera l’exprimer, à la fois lors du débat en équipe et sur l’espace participatif du site de la caravane. Bientôt, d’autres caravelles et pionniers publieront le leur, et réagiront au sien. Marie pourra affiner sa position, défendra son point de vue ou se remettra en question.

Ce cheminement simple et apparemment anodin est possible grâce à cet espace de sincérité et de confiance ouvert pour des jeunes. Espace rare aujourd’hui, dans lequel ils peuvent se projeter sans peur, s’affirmer, devenir des adultes, et des citoyens. 

Les Cap semblent sous l’influence des plus agés et des ‘grandes gueules’ qui parlent mieux et plus fort. Comment réguler les prises de parole ?”

«Au début de l’année, les premières années ont eu du mal à prendre la parole pour exprimer leur avis sur les différentes idées de Cap proposées par les autres pionniers et caravelles. Ils avaient l’impression que leur point de vue ne comptait pas et donc ne devait pas être exprimé. Dans leur esprit, ils étaient «des nouveaux », qui ne « savent » pas. Pour les aider dans leur prise de parole, nous avons proposé à chaque chef d’équipe d’organiser une réunion avec son équipe pour préparer une proposition de Cap à présenter au reste de la caravane lors de notre prochain rendez-vous. En équipe, les premiers temps ont appris à écouter les arguments des deuxièmes et troisièmes temps et ont osé prendre la parole pour exprimer les leurs. Au moment de présenter leur projet au reste de la caravane, le fait d’être en équipe face au reste du groupe a eu un effet sécurisant. Ils ont davantage osé prendre une part active lors de la présentation de leur idée. » 

Constance Olivès,

cheftaine de la caravane Saint Pierre de Mennecy