La nourriture c’est compliqué : je n’ai jamais faim, tout me fait grossir

Peut-être que tu te reconnais dans certaines des affirmations suivantes :

  • On me regarde quand je mange
  • Je sens qu’on se moque de moi
  • Mes copines sont hyper minces et elles sont plus belles que moi
  • Je n’arrive pas à maigrir
  • Je n’aime pas me regarder dans une glace
  • Autour de moi, tout le monde mange trop.
  • J’angoisse : faut que je m’achète un maillot de bain.

Autrement dit, la nourriture …ça te gave

Les repas, en famille ou chez les scouts, c’est long, c’est du temps perdu. Tu préfères être tranquille dans ton coin, manger vite fait ce qui te plait…de toute façon quelques crudités ça te suffit. D’ailleurs tes parents, ils mangent, résultat ils sont gros !

Méfie-toi, tu risques de te détruire la santé

Tes parents mangent peut être trop, ne font pas assez de sport, grossissent avec l’âge…mais dans une certaine limite c’est normal et inévitable.

  • Il n’existe pas de poids idéal universel. Chacun a sa morphologie personnelle et notre poids est déterminé par de nombreux facteurs:
  • génétiques et familiaux : familles de « longilignes », familles de « petits », de « ronds »…
  • environnementaux : habitudes alimentaires familiales et culturelles (différences d’un pays à l’autre), sédentarité, activité sportive intense…
  • hormonaux : modifications importantes durant la puberté, avec les grossesses chez la femme…
  • psychologiques : anxiété, stress et troubles alimentaires pouvant aller jusqu’à la boulimie ou l’anorexie

Nous ne sommes pas tous égaux ; certains mangent sans grossir, d’autres prennent du poids en regardant un bon gâteau…et vive la différence !

Les critères de beauté qui veulent tout le monde jeune, grand et mince ne doivent pas t’empêcher de vivre. Ton corps a besoin de carburant pour grandir, bouger, te permettre de vivre avec énergie.

Voici quelques pistes d’actions possibles



Change tes habitudes alimentaires

Après les bonnes résolutions…passe aux actes : à partir de maintenant…

  • Je ne rate pas mon petit déjeuner (minimum= 1 boisson, 1 tartine de pain ou 1 bol de céréales)
  • Je m’efforce de faire au moins un repas complet par jour et en famille(avec entrée/plat/dessert)
  • J’essaye de prendre des les mêmes portions que les autres.
  • J’essaye de mieux écouter ma faim.

Et si je réussis, phase suivante :

  • Je ne saute plus aucun repas.
  • Je prends tous mes repas avec les autres (ma famille, les pios caras…)
  • J’arrête les régimes, sauf si un professionnel m’en conseille un.

As-tu déjà essayé de faire la liste des avantages d’un vrai repas ?

  • Un repas, c’est une pause, un moment de détente qui permet autour de la table de discuter, partager sa journée, plaisanter, se détendre, taquiner ses frères et sœurs, rire… faire plaisir à ses papilles gustatives.
  • Le repas permet de reprendre des forces pour mieux repartir…à son sport, à son shopping, à ses bouquins, avec ses potes…



Si tu n’y arrives pas, fais-toi aider

1. Parle à quelqu’un de tes difficultés

Une personne en qui tu as confiance, ami(e), chef, infirmière scolaire, adulte référent du lycée, grand frère ou grande sœur… Tes parents sont sûrement au courant, mais s’ils ne le sont pas c’est important d’en parler avec eux.

2. Si vraiment tu sens que çà ne va plus, va consulter un professionnel

Va voir par exemple ton médecin traitant* si tu as de bonnes relations avec lui. Il te connaît, il pourra te conseiller, accompagner les étapes de ton cheminement ou t’orienter vers d’autres : psychologue, nutritionniste ou diététicienne par exemple. 

Quelques signes qui doivent t’alerter :

  • Je suis obsédée par mon poids, je pèse et mesure tout ce que je mange, je monte sur ma balance plus d’une fois par semaine, je multiplie les activités physiques à grosses pertes caloriques.
  • Je me fais vomir en cachette, je prends des laxatifs, des diurétiques, je bois 5 à 6 litres d’eau par jour.
  • J’ai des accès de boulimie incontrôlables qui se terminent par des vomissements aussi importants que ce que j’ai ingurgité.
  • Je me replie sur moi, je me sens déprimé(e), anxieux(se) ou stressé(e), je fais des malaises, je ne dors presque plus.

3. Fil santé jeunes

Tu peux aussi contacter de manière anonyme le fil santé jeunes au 3224 (01 44 93 30 74 depuis un portable).

Au camp et à CitéCap, vis avec énergie

1. Tu peux venir au camp mais accepte quelques règles :

Passer 2 ou 3 semaines en pleine nature nécessite beaucoup d’énergie ! si tu ne manges pas suffisamment tu risques de ne pas tenir le coup, de faire des malaises de ne pas profiter pleinement de ton camp et de CitéCap.

Puisque tu es là, c’est que tu es conscient de tes difficultés. Parlez-en ensemble avec les chefs et avec les autres pionniers/caravelles, notamment avec ton équipe. L’idéal serait de vous mettre d’accord sur un contrat avec quelques règles à respecter par tous, genre : « prendre un petit déjeuner tous les jours », « manger à tous les repas »…

2. Profite de CitéCap pour renforcer ta motivation

Garde tes bonnes habitudes et viens faire un tour sur l’espace Cap Energie du rassemblement.

L’équipe CitéCap santé t’y proposera quelques animations ludiques pour soutenir ta motivation ? Tu pourras aussi rencontrer en toute confidentialité des personnes qui connaissent bien ces difficultés.

Ton témoignage nous intéresse : on parle plus souvent des problèmes d’alimentation que des victoires de ceux qui s’en sortent !

* A partir de 16 ans ...

A partir de 16 ans tu as le droit de choisir ton « médecin traitant » : un généraliste que tu connais, qui te connaît et en qui tu as suffisamment confiance pour aborder des choses personnelles. Ce n’est ni un psychologue ni un psychiatre, mais il peut t’écouter et te conseiller. Même avant 16 ans, tu peux demander à le voir sans la présence de tes parents.

Numéros utiles

Jeunes violence écoute
0 800 20 22 23

Tabac info service
3989

Fil Santé jeunes
3224 (ou 01 44 93 30 74 depuis un portable)

Écoute Alcool
0 811 91 30 30

Écoute Cannabis
0 811 91 20 20