S’impliquer dans la société

« Je suis venu ici pour comprendre ce que sont les institutions et ce que défendent les eurodéputés, mais aussi parce que cette année, j’ai été délégué de classe. Après avoir accompagné l’un de mes camarades dans un conseil de discipline, j’ai compris qu’à 16 ans, moi aussi je pouvais agir pour les autres ». Voici quelques mots prononcés par Simon le 17 juillet dernier, alors qu’il se dirigeait vers l’entrée Louis Weiss du Parlement européen de Strasbourg. Il était au rendez-vous, accompagné par près de 700 pionniers et caravelles, une centaine de ventures et plus de 80 chefs et cheftaines dans le grand hémicycle du parlement de Strasbourg. La volonté de ce pionnier de découvrir les institutions et de comprendre l’action de nos députés est d’autant plus intéressante que Simon fait le parallèle avec son engagement au sein de sa classe.

Les jeunes ont le sentiment d’appartenir à une communauté qui dépasse l’hexagone 

Le scoutisme fait partie d’une communauté internationale dont la présence en Europe est importante. Cette forte implantation permet à de nombreux pionniers et caravelles de partir vivre des Cap « Rencontres internationales ». D’ailleurs, l’envie de rencontrer des jeunes au-delà de nos frontières, l’envie de comprendre leurs réalités est de plus en plus présente. À l’été 2014, plus de 2000 pionniers et caravelles sont partis à la rencontre d’autres scouts et guides européens.

Les adolescents ont le sentiment aujourd’hui d’appartenir à une communauté qui dépasse l’hexagone. Alors ce 17 juillet, en leur permettant de se réunir dans le parlement européen, ce fut l’occasion non seulement de répondre à leurs attentes, mais surtout de leur permettre de s’ouvrir à cette réalité qui les préoccupe et dans laquelle ils grandissent. C’est peut-être ce que Simon a voulu nous faire comprendre en liant son rôle de délégué à celui d’eurodéputé. 

Le scoutisme fait partie de ces espaces qui permettent aux jeunes de faire des parallèles entre la société dans laquelle ils grandissent et leurs réalités, visiblement Simon l’a bien compris. Il nous appartient donc de construire ces passerelles qui permettent aux jeunes de trouver leur place dans la société grâce au scoutisme.

“ Comment favoriser la représentation des pionniers-caravelles ? ” 

La proposition pédagogique propose des outils pour cela. Le jeu des conseils invite chacun à donner son avis et à écouter celui des autres lors des conseils d’équipes. En favorisant l’écoute, la confiance et le respect de la parole dans les conseils de Cap et lors des conseils de caravane, chacun peut se sentir reconnu et valorisé grâce au principe de représentation. Enfin, les itinéraires proposés aux pionniers-caravelles permettent aux jeunes de s’investir sur une mission de représentation en dehors du scoutisme : conseil municipal des jeunes, rencontres avec un élu, Cap avec une association de quartier, etc. Ils pourront ainsi aller de l’avant et par exemple rencontrer un élu pour lui présenter la Résolution pour l’Europe de demain et échanger avec lui.