Vivre les sources

Le camp est le moment fort de l’année. Au cœur de cette riche expérience en caravane et en équipe, la source est l’occasion donnée à chaque jeune de vivre un temps fort personnel, en adéquation avec son âge et son degré de maturité.Comme la source tire ses eaux des profondeurs de la terre, la source invite la caravelle ou le pionnier à puiser dans ses convictions, dans son histoire, dans son vécu et ses expériences, pour y trouver et y choisir ce qui fait sens pour lui, ce qui le pousse à avancer. L’imaginaire, à travers le vocabulaire ou le choix d’un lieu symbolique, peut être un bon moyen pour faire comprendre aux jeunes l’objectif de ce temps.

Les trois « R »

Même lors de camps un peu particuliers (Jamboree mondial par exemple...), il est important de préparer ce temps pour eux, avec eux; en adaptant les sources aux contraintes et en se les appropriant pour en faire de vrais leviers d’action éducative.

Cela ne nécessite pas pour autant beaucoup de préparation. Le mieux est que les chefs et les cheftaines posent des objectifs et un cadre, et que ce soit les jeunes eux-mêmes qui choisissent de vivre leur source. Elle peut prendre de multiples formes. Dans tous les cas, elle s’articule autour des trois « R » : réflexion, rencontre, réalisation. Parce que la personnalité se construit aussi par rapport aux autres, la notion de rencontre est centrale dans les sources. Il peut s’agir, pour les 2e année en particulier, d’une rencontre physique avec des professionnels dans un domaine qui intéresse la caravelle ou le pionnier. Ce peut être aussi une rencontre entre jeunes : un contrat privilégié entre un 1e année qui prépare sa promesse, et un 3e année qui fait le bilan de ses années aux pionniers-caravelles.

Mais la source est aussi un point de départ. Réflexion et rencontre doivent déboucher sur une réalisation concrète. Les 1e année préparent la cérémonie au cours de laquelle ils feront leur promesse ; les 2e année finalisent leur réflexion sur leurs convictions en écrivant une « lettre à eux-mêmes» ; les 3e année clôturent leur aventure à la caravane en laissant une trace tangible de leur passage. Pour les 1e et 3e année, cette réalisation est aussi et surtout partage. La promesse est ce moment où tout le monde se réjouit de l’engagement des premières années. Elle peut se prolonger par une veillée animée par les 3e année, présentant un film ou un sketch sur leur vécu à la caravane, ou offrant aux plus jeunes leur réalisation, trace et témoignage qu’ils souhaitent leur laisser.

Il est bon de baser chaque nouvelle étape sur les « résultats » de la précédente : commencer sa 2e source par une relecture du texte de sa promesse, et entamer la 3e source par la lecture de la lettre à soi-même. Tant il est vrai que ces sources sont des jalons sur l’itinéraire personnel des pionniers et caravelles, des cairns sur leur chemin de vie.

Chaque caravelle, chaque pionnier est invité à puiser dans ses convictions, dans son vécu, pour y trouver ce qui fait sens pour elle, pour lui.

Voir aussi...

  • Inukshuk

    Pages 172 à 184