À l'abordage !

Arrivée et préparation

Après avoir planté nos tentes au Creps de Saint Paul, nous avons commencé à construire nos radeaux et pour motiver nos troupes, nous avons décidé de faire un petit concours filles/garçons lors duquel les perdants devraient faire la cuisine.

Après environ une heure et demie à faire nœuds de cabestan et brêlages carrés, les filles, n'étant qu'à quatre, terminèrent les premières avec un radeau plus solide que jamais. Les garçons, au contraire, n'ont pas réussi à terminer le leur et se sont vite lassés. N'étant pas de cuisine, les filles ont pu se détendre un peu avant le repas.

Les ventres rassasiés, nous avons fait connaissance avec Crusoé et Vendredi (qui n'étaient autres que nos chefs) échoués depuis plusieurs années sur une île que nous venions d'accoster. Grâce à eux, nous avons pu quitter cette île à bord de notre radeau, construit l'après midi, en affrontant les humeurs de "Mère Nature". Une fois cette île quittée, nous avons laissé Crusoé et Vendredi pour retrouver nos tapis de sol et sacs de couchage, où nous nous sommes abandonnés à Morphée.

Le grand jour était enfin arrivé !

Le grand jour était enfin arrivé !

Après un réveil en douceur et un bon petit déjeuner, nous nous sommes tous préparés et nous nous sommes mis en direction de l'étang de Saint Paul situé à plusieurs centaines de mètres de notre campement. Afin d'éviter de reconstruire le radeau des filles, nous avons décidé de le porter tandis que celui des garçons, démonté, est directement allé en camion jusqu'à l'étang. « Vous êtes comme dans Koh Lanta ! » disaient certains passants, nous voyant un radeau sur les épaules.

La mise à l'eau...

La mise à l'eau...

Un peu moins d'une heure après, nous sommes enfin arrivés à l'étang avec des épaules et des bras de fer ! Néanmoins, le radeau n'a pas aussi bien tenu au voyage que nous, et nous avons dû refaire plusieurs brêlages et consolider les anciens. Ce n'est que l'après midi, sous l'œil curieux de plusieurs pique-niqueurs que nous avons mis nos radeaux à l'eau. Au grand soulagement de tous, ils flottaient parfaitement avec nos poids installés au dessus.

Et c'est parti ! Nous avons pris le large, non sans difficultés, à la découverte de cette faune et cette flore extraordinaire sur deux jours. Nous avons eu le droit à notre petit Koh Lanta local, tel de vrais aventuriers. Nous avons entre 14 et 17 ans et pourtant notre âme de pirate était toujours présente !

Cette expérience restera un bon souvenir ! On n'a pas l'occasion de fabriquer son propre radeau chaque jour... au moins on pourra rayer cette tâche de notre « liste à faire » avant de grandir !

La Caravane de Roland Garros