En route vers la tchéquie !

Une longue préparation jusqu'au départ

C’est un projet extraordinaire que les pionniers et caravelles de la caravane du groupe Arverne (Aubière, Beaumont, Romagnat dans le département du Puy-de-Dôme) ont pu vivre cet été. Un parcours semé d’embuches et de doute, un pari réussi : partir à la découverte du scoutisme tchèque et de la culture tchèque durant trois semaines, avec pour seule aide linguistique des bases d’anglais et les livrets « g'palémo ».

L’objectif : rencontrer des scouts, découvrir leur manière de vivre le scoutisme au travers de la vie quotidienne d’un camp, pour s’enrichir et tisser des liens afin de leur faire découvrir notre culture l’année suivante. Une année de préparation a été nécessaire pour la caravane afin d’arriver sereine dans le pays étranger (extra-jobs, recherche de subvention, de transport, recherche du contact, …). Mais les surprises ont été au rendez-vous (heureusement !)

Le 7 juillet, gare routière de Clermont-Ferrand, la maitrise découvre une caravane excitée par cette aventure. Toute la caravane monte dans le bus, et c’est parti pour un périple de 31 h en bus et train. Les chauffeurs ne parlent plus français, nous sommes déjà dépaysés !

Un voyage hors norme et hors du temps

C’est donc en bus que nous partons de Clermont-Ferrand le dimanche 7 juillet pour rallier Prague le lundi 8 juillet à 5h30. Nous passons par Lyon, Strasbourg, puis Prague après une traversée de l’Allemagne de nuit. Le trajet est déjà long, mais l’attente l’est encore plus. Nous repartons par le train à Prague à 11h30 pour enfin arriver à notre lieu de camp, Olomouc, à 15h. Fatigués et contents d’arriver et de découvrir notre environnement, nous sommes accueillis par le cri de guerre local des scouts tchèques ! « Hé les pios, on chante le chant de la caravane ? » Pas de réponse, ils sont intimidés… Un voyage hors du temps, oui, car le transport le plus simple est le train, et il est vraiment différent de chez nous, et les temps de transport sont donc assez long. Mais nous avons au moins le temps d’échanger avec nos amis tchèques durant nos déplacements.

Une semaine et demie après notre arrivée, nous quittons notre premier lieu de camp pour rejoindre notre deuxième lieu, à Ruprechtice, au nord de la République Tchèque, tout proche de la frontière polonaise. C’est parti pour 9h de transport.

Enfin, nous repartirons une semaine après pour Prague, à la découverte de la capitale tchèque, pour vivre des temps en caravane et le dernier engagement du camp.

La rencontre et la découverte grâce à la vie quotidienne et aux activités…

La rencontre et la découverte grâce à la vie quotidienne et aux activités…

C’est à notre grande surprise que nous constatons que nous ne sommes pas accueillis comme des partenaires des tchèques pour la vie au camp, mais bien comme des invités. Ils mettent les petits plats dans les grands et nous avons du nous imposer pour participer aux services du camp.

Nous constatons également que beaucoup d’activités sont prévues pour nous faire découvrir la culture tchèque : le service du bois qui est différent de chez nous, l’initiation de la langue tchèque (les français ne doivent pas prononcer certains mots en français mais en tchèque et inversement pour les tchèques), la douche, le sauna (qui n’est pas un luxe ou un loisir pour eux, mais bien un objectif d’hygiène corporel très important), les jeux et l’organisation des journées, et enfin et surtout des cérémonies perturbantes au départ (la montée des drapeaux avec le salut scout, des engagements XXL, …). Bref, la découverte et le dépaysement est total.

… et aux gens rencontrés !

… et aux gens rencontrés !

Partis avec l’envie de rencontrer des scouts tchèques, nous sommes repartis avec des amis, des frères, et des larmes. Nous sommes repartis en nous promettant mutuellement de faire notre possible pour nous retrouver en France l’été prochain pour revivre une nouvelle aventure.

Une tradition chez ces scouts tchèques était que chaque soir, à la descente du drapeau, quiconque pouvait accrocher un petit ruban de couleur en écrivant le nom d’une personne du camp, afin de remercier cette personne pour un acte de scoutisme constaté dans la journée. Et bien nous, nous avons attaché un ruban, sur lequel est écrit « Junak Modri SIP Ostrava » le nom du groupe tchèque qui nous a accueillis.

« L’extraordinaire se trouve sur le chemin des gens ordinaires. »

Partis avec l’envie de rencontrer des scouts tchèques, nous sommes repartis avec des amis, des frères, et des larmes.

les lieux de camp

Chargement en cours ...
Les différents lieux de camp : Olomouc, Ruprechtice près de la frontière polonaise et Prague, la capitale.