Eros

Il était une fois, un petit garçon appelé Eros. Eros, vivait dans le désert depuis qu’il était tout petit. Le désert était pour lui un lieu immense, et il n’en avait jamais vu le bout ! Eros aimait aussi beaucoup s’assoir en haut des dunes, et imaginer sa vie quand il serait grand, et rêver en regardant les nuages passer. Et puis, il était au milieu de la Nature, alors il se sentait bien. Le papa d’Eros était touareg, alors Eros, voyageait beaucoup. Avec d’autres touaregs ils formaient la Caravane, et ils partaient avec les chameaux, et les tentes sur leurs dos, pour des voyages qui duraient plusieurs mois.

 

Depuis quelques jours, ils se dirigeaient vers le Cap Boujdour. Le cap, c’était leur destination, ils avaient préparé ce voyage pendant longtemps. Le temps de CONCEVOIR le trajet, de regarder les cartes, de se préparer à toutes les éventualités, un gros travail ! Ensuite, quand tout était prêt, ils pouvaient partir, et AGIR ! Aller à la découverte des paysages, rencontrer d’autres nomades, se rendre utile dans les villages traversés, dépasser leurs peurs et leur fatigue. Enfin, quand ils étaient arrivés à destination, ils montaient leur campement et racontaient leurs récits, autour d’un thé, à qui voulait l’entendre. Ils aimaient beaucoup PARTAGER leurs histoires, leurs expériences, leurs anecdotes. Le Cap c’était ça : Concevoir, Agir, Partager !



Dans la caravane, tous les hommes avaient une responsabilité différente : ils y avaient ceux qui gardaient les moutons, ceux qui montaient le campement pour la nuit, ceux qui s’occupaient de préparer à manger pour toute la caravane… Eros, lui allait chercher l’eau à la source, Il aimait beaucoup s’y rendre, même si le trajet était très long, comme ça il avait le temps de rêver encore un peu, il s’imaginait tous ces gens qui à la même seconde que lui, partout dans le monde, joignaient leurs mains sous le flot d’un jet d’eau, pour s’abreuver. Pour ne pas se perdre, Eros laissait sur son chemin des petits tas de cailloux, son papa lui avait dit que sa s’appelait un cairn, et que les hommes l’utilisait depuis la nuit des temps pour baliser les itinéraires, dans les endroits désertiques. 

 

Eros adorait cette vie de nomade, et même lorsqu’il restait au même endroit pendant quelques semaines, il se sentait nomade, parce qu’il voyageait dans sa tête, parce qu’il se construisait des rêves, parce qu’il osait à chaque instant partir à l’aventure, vers des destinations bien connues. Et dans cette caravane, simplement, il était quelqu’un. Il était quelqu’un d’utile, d’heureux et de créatif ! Quelqu’un qui aimait à penser que rien n’est impossible. Alors, la signification de son nom résonnait en lui, Eros c’était tout simplement Oser.